Cuenca et Alausi

Les 25 et 26 Septembre, Cuenca témoignage d’un passé colonial vivant

Première étape de notre visite en Equateur, déclarée Patrimoine culturel de l’Humanité en 1999, Cuenca est située au Sud du pays, à quelles heures du Pérou. Il s’agit aussi de la ville d’origine de Pedro et David, deux frères rencontrés lors de la balade à cheval en Patagonie. Leur premier conseil est de découvrir la ville avec le bus touristique (USD 5) afin de comprendre où sont situées les principales activités, et ce en deux petites heures. mapa cuencaNous grimpons dans le premier bus que nous rencontrons sur la Plaza Mayor Calderon. Nous apprenons rapidement que la place principale et ses palmiers datent de la fondation espagnole de la ville en 1557.plaza mayor cuenca Sur cet espace qui définie le cœur du quartier historique, vous trouverez l’ancienne cathédrale (ouverte au public, elle a été transformée en musée) bâtie à la même époque.ancienne cathedrale cuenca ancienne cathedrale cuenca2 ancienne cathedrale cuenca1 ancienne cathedrale cuenca3cuenca PANOEn face de celle-ci se situe l’imposante et sublime nouvelle cathédrale, bâtie en 1885, l’intérieur laisse sans voix, une décoration portée mêlant le baroque et le Rococo, riche de dorures et de vitraux, elle se distingue particulièrement par ses trois coupoles d’un bleu azur.nouvelle catyhedrale cuenca nouvelle catyhedrale cuenca1 nouvelle catyhedrale cuenca2 nouvelle catyhedrale cuenca3cuenca cathedrale Toujours sur la place, vous croiserez la Corte de Justicia construite entre 1915 et 1924. corte justicia cuencaLe bus s’aventure dans les étroites rues de la ville dont le tracé orthogonale a été imposé par Charles Quint. Le centre historique témoigne d’un passé colonial prospère et révèle une forte influence de l’architecture française de part sa multiplication de balcons.cuenca rueLa visite, bien que très instructive, devient quelque peu dangereuse aux vues de la proximité entre les câbles électriques et nos têtes. cuenca ruesNous poursuivons par le Barrio Todos Santos (littéralement « tous les Saints ») bien connu pour la qualité du pain qui y est produit. Vous y trouverez aussi le Museo Banco Central, le plus important de la ville dont les expositions principales se rattachent à l’histoire du pays et de sa monnaie, les ruines incas de Pumapungo (litt. La Porte du Puma) en grande partie détruite à l’époque coloniale.nouvelle catyhedrale cuenca4 Nous comprenons alors que la région fût très prisée par les peuples incas pour sa situation géographique idéale. En effet, la ville est irriguée par quatre rivières, ce qui lui a valu son nom complet : Santa Ana de los Rios de Cuenca.                                                                                                                Selon les termes de l’UNESCO : La fusion réussie des différentes sociétés et cultures d’Amérique latine est symbolisée de manière frappante par le tracé et le paysage urbain de Cuenca.

Nous en éprouvons toute la grandeur depuis le sommet du Turi, dominant toute la ville, il offre une vue panoramique parfaite de jour comme de nuit.

cuenca mapa eglise turi cuencamapa cuenca turi eglise nuit cuencapano cuenca nuit

Nous revenons vers la Plaza Mayor et découvrons le marché aux fleurs non loin delà. A défaut d’en acheter, venez profiter des odeurs qui s’en dégagent.cuenca flower market cuenca flower market1

L’information clé reste la découverte de l’origine des fameux chapeaux Panama.

panama hat cuenca Ces derniers sont depuis toujours essentiellement fabriqués dans la province de Cuenca. Leur véritable nom est Sombrero de paja toquilla. Leur nom actuel vient de l’usage que l’on en faisait au début de la construction du Canal de Panama, lorsque les équatoriens quittaient leur pays pour y travailler, coiffés de leur chapeau. Vous pourrez en savoir plus au musée du Panama hatAprès avoir passé du temps avec chacun de nos guides, nous partons pour Alausi. Nous arrivons dans ce petit village endormi à 2h du matin, le chauffeur ayant eu la délicatesse de nous laisser au bord de la route, il n’a pas été chose facile de trouver un hôtel ouvert.

Le 27 Septembre, Alausi et Nariz del Diablo

Reveillés par les rayons d’un soleil ardent, nous faisons connaissance avec ce charmant petit village niché dans la vallée. Alausi est l’étape incontournable pour embarquer à bord du train qui grimpe Nariz del Diablo. Pour cela, pensez à vous renseigner sur les horaires de départs quotidiens car de nombreux tours proposent à leur groupe uniquement cette balade. A cette époque de l’année il n’y a que deux départs par jour (11h et 15h) pour un coût de USD 25 et une durée de 2h30.nariz deol diablo nariz del diablo nariz del diablo1

Nous loupons de peu le premier train et le second est trop tard pour nous permettre d’atteindre notre prochaine étape. Nous grimpons donc jusqu’aux pieds de San Pedro qui veille sur le village et y découvrons l’impressionnante vue.

san pedro alausisan pedro alausi1 alausi pano

Nous quittons Alausi en début d’après-midi pour nous rendre à Ambato de Baños avec une escale forcée à Riobamba. Les paysages sont simplement fabuleux, osci8llant entre la pureté du bleu du ciel et les formes géométriques tracées par le système agricole de cette accueillante vallée.

route alausi banos route alausi banos1 route alausi banos2 route alausi banos3 route alausi banos4 route alausi banos5 route alausi banos6

Une réflexion au sujet de « Cuenca et Alausi »

  1. Hello, je vois que vous allez bien, mais vous êtes ou actuellement
    pouvez-vous appeler nora afin de voir comment va se dérouler notre prochain
    voyage pour l’Australie, par exemple comment fait on pour le logement ………….
    sinon vos photos sont toujours aussi belles et votre voyage est follement passionnant vivement que l’on vous rejoigne.
    bisous Djamila

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *