Grenade

Le 30 avril, arrivée à Grenade

Notre avion décole à 7h, nous nous sommes donc levés vers 4h du matin.

Bien connue comme étant l’île aux épices, Grenade reste trop méprisée par les toursites français. L’île tient son nom du fait qu’il y a plus d’épices au mètre carré ici que n’importe où ailleurs au monde. Grenade produit un tiers des noix de muscade consommés dans le monde et était 1er producteur mondiale avant que l’ouragan emporte une grande partie des plantations. Bien d’autres épices y poussent tels que la cannelle, le cacao, le gingembre, la vanille,…

grenada-mapL’île a changé de main à de nombreuses reprises entre les anglais et les français, d’ailleurs un grand nombre de lieu porte des noms français.

Les américains et les allemands nous ont très largement devancés sur la découverte de ce joyau des caraîbes.

A première vue, la vie semble plus confortable qu’ailleurs et la population semble jouïr du qualité de vie supérieur à leur voisin.

Judith, notre nouvelle hôte, nous attend avec son gros pick up à l’aéroport.

Nous nous rendons directement à la maison afin de poser les sacs car la nuit a encore été très courte. La maison se trouve aux abords du cours de golf. Nous restons sans voie face à tant de beauté.

IMG_1203 IMG_1202 IMG_1205.

Après la visite de la maison, Judith nous prépare un fabuleux petit déjeuner composé d’une sorte de pudding à la farine de maïs et à la canelle, de papaye fraîche et d’un délicieux café.

Après s’être rafraîchis, nous partons pour un petit tour en ville à Saint Georges.

IMG_1201.Dès notre retour, nous nous mettons en route pour la plage de Grand Anse, l’une des plus belles de l’île et fort heureusement la plus proche de nous.

IMG_1232

Le 1er mai, Labour Day

Ici aussi, on célèbre la fête du travail, il s’agit d’un jour férié, tout est fermé. Par chance, Judith et Tim avaient déjà prévu d’organiser un déjeuner avec quelques membres de la famille. La grande tante de Tim nous prépare le plat traditionnel de l’île de la Grenade: le Oil Down, un râgout de porc fumé dessalé mijoté dans du lait de coco, du curry, du kalaloo et des fruits à pain. Fort heureusement pour nous, nous avons eu le droit à une recette spéciale à la morue, un vrai régal.

IMG_1218Kalaloo

IMG_1225

Oil Down

Le temps de la préparation, nous nous sommes baladés à la marina de Port Louis, un lieu incroyablement luxueux.

IMG_1220 IMG_1219 IMG_1224 IMG_1222 IMG_1221

Après le repas, nous sommes retournés à Grand Anse profiter du coucher de soleil.

IMG_1229 IMG_1236

Le 2 mai, le départ de l’expédition

Nous avons loué une voiture afin de découvrir toutes les beautés de ce lieu hors du commun. Nous arrivons à notre première étape, l’Annandale Fall.

Confinée dans un agréble jardin, cette cascade offre un merveilleux départ pour la découverte des autres sites. Très facilement accessible par la route, l’entrée n’est payante que si vous croisez la personne qui tient la caisse.

A peine descendu de voiture, un homme nous aborde pour nous proposer de prendre une photo avec son singe. Nous refusons gentillement mais je me laisse tenter par le coller d’épice qui fera un excellent parfum d’ambience dans la voiture.

IMG_1244 IMG_1241 IMG_1240 IMG_1239Nous ne nous baignons pas afin de profiter du reste de la journée et ne pas être mouillés dans la voiture. Nous filons vers Molinière à la recherche de l’expositions sous marine de l’artiste Jason de Cayre Taylor. A couper le souffle!

IMG_1246 underwater-sculpture grenada10wtmk grenada07wtmk grenada02wtmk christ_of_the_deep 2708sunrise molinaire-reefToujours impossible de prendre des photos sous l’eau mais aux abords de la sculpture du groupe, un léger sentiment d’angoisse vous saisi tant le réalisme est incroyable.

Nous finissons la journée dans un restaurant uppé de True Blue Bay, assez cher mais le personnel y est d’une gentillesse sans borne et le cadre est idyllique.

IMG_1262 IMG_1264 IMG_1265 IMG_1255 IMG_1259 IMG_1261

Le 3 mai, balade dans les terres et sur la côte ouest

Nous commençons la journée par un merveilleux petit déjeuner avant de nous lancer à la conquête des nombreuses cascades de l’île. Nous nous rendons à Grand Etang, lieu où les singes se plaisent à attendre les douceurs apportées par des touristes des croisières. Malheureusement pour nous, pas un seul singe en vue. Abrité dans le parc national, ce lieu merveilleux est d’un calme sans égal.

IMG_1267 Copie de IMG_1279 Copie de IMG_1280 IMG_1272 IMG_1274 Copie de IMG_1293 Copie de IMG_1285Bien que les singes ne soient pas au rendez vous, nous apprécions de ne pas être mêlés à plusieurs centaines de personnes. Nous prenons tout de même le temps de découvrir l’endroit, notamment une courte marche qui vous permet d’observer la côte ouest et le lac « grand étand » (qui propose une marche d’une heure si la pluie vous permet de traverser les trous qui entourent le lac).

Nous poursuivons notre route vers les Seven Sister Falls. L’endroit abrite sept cascades issues d’une même source. L’endroit n’est pas simple à trouver mais je ne vous laisserais pas vous y aventurer sans quelques astuces. Le lieu est indiqué sur le bord de la route, à première vue, l’entrée ressemble davantage à un accès privé mais un autre panneau vous indiquera que vous êtes sur la bonne voix. Après 5 bonnes minutes de secousses dans le 4×4 à travers champs, vous apercevez la fin de la route. Juste avant que la route ne remonte, il y a une petite cabane en bois sur la gauche. Tout près vous trouverez des bancs en bambou et un imposant manguier. Rapprochez vous, vous y êtes presque… Le sentier est assez facile d’accès, attention cependant à ne pas le faire en sandales, il vous faudra au moins des baskets à défaut de chaussures de marche.

IMG_1294 IMG_1295 IMG_1297Nous commençons par une cascade méconnue car bien cachée que notre guide du jour Kenny appelle Honeymoon fall, selon la carte cette cascade ne devrait pas se trouver là.

IMG_1298IMG_1299

Accès vers la Honey moon fall.

Nous revenons ensuite sur nos pas pour profiter des deux cascades les plus accessibles. Lou se prête au jeu du saut après quelques minutes d’appréhension.

IMG_1302IMG_1310IMG_1318IMG_1313

Il est presque 16h, nous nous mettons en route pour Gouyave afin de partager la soirée du Fish Friday avec les locaux et les touristes. L’évènement est assez réputé sur l’île, des tours sont organisés  depuis Saint Georges. La route est agréable, pas de gros soucis si ce n’est à l’entrée de la ville car la route est en travaux. Fort heureusement, la route qui passe par le centre de Grenade mène au coeur de la ville sans avoir à passer la route fermée. Nous rencontrons un officier de police qui gère la circulation en cette période d’affluence, il nous indique où garer la voiture pour profiter de la soirée. Dans les rues, les locaux sont déjà à l’apéro, il est 16h30.

Les festivités ne commencent pas avant 18h. Les commençants mettent en place leurs stands et les touristes ne sont pas encore là. Sur la route nous avons un accrochage, forte heureusement rien de grave, seulement un gros pick up mal garé qui gêne la circulation dans les deux sens. La voiture n’a presque rien, nous sommes rassurés. Nous poursuivons notre chemin à la recherche d’une plage afin de passer le temps. Nous arrivons au marché aux poissons qui se trouve à l’extrémité de la ville et de Milet Bay mais la plage est chargée de bateau de pêche.

IMG_1324 IMG_1325.

Nous poursuivons donc un peu plus loin et nous arrêtons à Nettle Point. Après un court moment de répit, nous retournons vers Gouyave, la nuit commence à tomber, les gens commencent à affluer. Nous rencontrons un jeune garçon de 9 ans qui, curieux de nous voir à l’écart, s’assoit avec nous.

Copie de IMG_1327Nous prenons le temps de découvrir chaque stand avant de nous décider à prendre quelque chose, nous n’avons pas vraiment faim malgré les odeurs incroyables de poissons fris et les énormes homards vendus ici.
IMG_1329 IMG_1335 IMG_1332Nous rencontrons Ivar, norvégien venu faire un séjour dans les Caraïbes quelques temps. Ce dernier nous présente ses compagnons de transport dont Richard, chinois et suédois, représentant international pour le rhum Bacardi…

IMG_1340 IMG_1328 IMG_1342Nous nous racontons nos histoires et nos voyages, nous échangeons nos coordonnées afin de garder contact et peut être avoir l’occasion de se revoir à proximité de Saint Georges où nous logeons tous.

Nous parlons à Richard de notre projet d’aller voir les tortues dans la soirée, lui nous explique qu’il ira le lendemain avec un tour opérateur, certainement le même que Judith avait évoqué la veille. Pour les 60 US$ demandés par personne pour l’excursion, nous avons préféré garder la voiture et nous y rendre par nous même. Cependant, la journée est déjà longue et le retour s’annonce assez éprouvant lui aussi. Fort heureusement, nous demandons notre chemin à un jeune couple que nous prenons en stop afin qu’ils nous indiquent la déviation à prendre. Une fois à Saint Georges, nous prenons le temps de s’arrêter au KFC pour un dernier encas, puis nous rentrons nous coucher.

Le 04 mai, en route vers le Nord

10h, après un incroyable petit déjeuner, nous allons vers les Concord Falls. Cet endroit très particulier, se trouve derrière Grand Etand et abrite trois cascades. La première est accessible par la route, elle s’offre à vous à l’entrée du trek.

Sur la route, nous croisons Richard, le chinois suédois rencontré la veille, qui nous explique le déroulement de sa soirée organisée pour aller à la rencontre des tortues. Le rendez vous et pris, nous le rejoindrons sur le lieu de ponte.

Arrivés à l’entrée du site des Concord Falls, un garde nous propose de jouer le guide mais nous préférons suivre les conseils d’un artisant qui nous a expliqué le chemin à prendre. Le garde nous annonce qu’il nous faut bien 3h pour voir les 3 cascades. Le début de trek est relativement facile, si ce n’est les rivières qu’il faut traverser suite à l’ouragan qui a emporté tous les ponts. Vous verrez sur les photos que les ponts sont toujours un peu plus loin que le passage que nous empruntons. Nous traversons plusieurs champs et apercevons plusieurs ouvriers travaillant dur sous un soleil ardent. Nous restons admiratifs devant tant de courage.04-05 Concord Falls 2.

Après une bonne demi heure de marche à travers champs, nous croisons un panneau « fait maison » peint en blanc sur de la tole, nous sommes sur le bon chemin. 04-05 Concord Falls 5.La cascade apparaît peu à peu, nous sommes ravis de pouvoir nous y rafraîchir avant de chercher l’autre cascade. Le plus grand nombre de ponts n’a pas survécu à l’ouragan Hugo, seul le dernier d’entre eux sert de repère pour les aventuriers. Vous les repèrerez aisément un peu plus loin que la piste indiquée.

04-05 Concord Falls 4.04-05 Concord Falls 9.04-05 Concord Falls 17.L’artisant rencontré à l’entrée nous a indiqué que la rivière se sépare en deux après de dernier pont, impossible de voir à quel endroit elle se divise mais il nous explique qu’en regardant vers les monts nous devrions apercevoir une cabane en bois, c’est devant cette dernière qu’il faut passer pour atteindre l’autre bras.

04-05 Concord Falls 18.

L’absence de toute piste nous inquiète un peu mais nous comprenions mieux pourquoi certains s’offrent la visite guidée. Nous poursuivons le chemin en suivant la rivière et traversons de nombreux champs de Kalaloo. Le sol est trempé, nos chaussures en prennent un coup. Lou décide de poursuivre en marchant dans la rivière, au point où nous en sommes, nous pouvons nous permettre cette folie. Dans l’eau tout est glissant et des arbres se sont couchés tout le long. A force d’équilibre et d’attention, je finis par tomber et me blesse surperficiellement les chevilles et les genoux. Plus de peur que de mal, nous poursuivons. La cascade n’est pas à la hauteur de la peine qu’elle nous a coûtée mais nous sommes heureux d’y être parvenus seuls.

04-05 Concord Falls 21. 04-05 Concord Falls 28. 04-05 Concord Falls 31.De retour à l’entrée du site, le gardien peine à croire que nous sommes parvenus à trouver notre chemin. Nous allons nous rafraîchir en sautant dans la cascade principale où nous rencontrons Jennifer et Douglas, un couple canadien.

04-05 Concord Falls 33.04-05 Concord Falls 52.04-05 Concord Falls 47. 04-05 Concord Falls 49.Nous quittons les Concord Falls et poursuivons notre route vers le nord. Nous arrivons à Leapers Hill, lieu riche d’histoire Caribe, niché en haut d’une immense falaise dans la ville de Sauteurs.

IMG_1399.Malheureusement, l’endroit est fermé, il semble même abandonné. Nous traversons la cours d’une école où nous découvrons des pneus recyclés en pot de fleur.

IMG_1400. IMG_1401. IMG_1408. IMG_1409.Notre quête des tortues nous conduit jusqu’à Bathway beach. Nous demandons notre route et un groupe de pêcheurs nous invite à les suivre. Nous arrivons à Levera Bay. Prenez soin de demander votre route aussi souvent que possible car vous ne trouverez aucune indication.

IMG_1410. IMG_1421. IMG_1411.L’endroit est désert mais en journée, il permet d’apercevoir les îles avoisinantes telles que Sandy Island, Sugar Loaf et Green Island (ordre d’apparition).

IMG_1413.IMG_1412.IMG_1414.Nous marchons le long de la plage afin de nous familiariser avec l’endroit avant d’y retourner une fois la nuit tombée. Nous retournons à Bathway Beach afin de nous restaurer et d’attendre les cars de touristes. Nous y faisons la rencontre d’Alex, il nous explique qu’il travaille dans l’une des plus importantes industries d’épices situé à Grenville. Il s’attriste que nous ne restions pas jusqu’à lundi car il aurait souhaité nous donner un gros paquet de muscades fraîches. Il s’agit du meilleur endroit pour payer un prix très raisonnable car c’est là que se fournissent les vendeurs du marché aux épices. Alex poursuit son récit et nous explique que les tours organisés pour les tortues permettent de financer le gouvernement et ainsi de limiter les taxes pour les habitants de l’île. Cependant, nous restons convaincus que les tortues ne profitent d’aucun des USD 60 demandés pour le soirée. D’autant plus que vous n’êtes jamais assurés d’apercevoir des tortues car elles observent longuement la plage afin de vérifier que personne ne les y attend et que les œufs ne courent aucun risque.

A force de discussion, les vans de touristes arrivent. Plus de 6 vans remplis une dizaine de personnes dans chacun d’eux, soit 60 personnes que l’on multiplie par USD 60. Qu’importe, les visiteurs se rendent dans une pièce aménagée où on leur explique les règles de sécurité. Il est interdit d’utiliser son flash lorsque l’on prend une photo et seule les lumières rouges sont autorisées, autant vous dire qu’il est quasiment impossible que les tortues soient visibles pour l’appareil photo.

Au bout d’une bonne demi heure, les vans prennent la route et nous les suivons. Arrivés à Levara Bay, les organisateurs nous font assoir et partent inspecter la plage. Après une heure d’attente à se faire grignoter par les moustiques, les guides viennent nous chercher.

Deux tortues sont installés de l’autre côté de la plage et s’apprête à pondre. Une fois à proximité, nous restons sans voix. La tortues est immense, aussi grande qu’un homme allongé et lourde d’une tonne. Sa carapace est impressionnante, noire et marquée de nervures extérieures. Il s’agit d’une Leatherblack, l’une des espèces les plus importantes de par leur gabarie.

IMG_1427. IMG_1441.Nous admirons le travail de rebouchage qu’elle peine à effectuer pendant parfois deux heures afin de s’assurer que ses 80 œufs ne seront pas avalés par le premier prédateur. La tortue est à bout de souffle, elle trouve ses dernières forces dans cette étape car il n’est pas simple pour un animal de cette taille de porter son poids. Nous quittons la plage avant la fin car nous ne supportons plus les piqures de moustiques. Sur le retour, nous croisons trois autres tortues à différente étape de ponte. Cinq tortues en une seule soirée, soit environ 400 bébés tortues sortiront du sable d’ici 60 à 70 jours. Un moment qui restera longtemps gravé dans nos mémoires.

Le 05 mai, la côte Est.

Après avoir conté notre récit à Judith et Tim, ils nous conseillent un établissement situé entre La Tante Bay et Menere Bay. Il s’agit du Cabier Lodge. Le lieu est équipé d’un ranch d’âne et d’un petit zoo dédié aux animaux en voix d’extinction. Sur la route, nous faisons le plein d’essence afin de rendre la voiture le lendemain, avant même de nous en rendre compte, la pompiste nous annonce une somme que nous n’avons pas en cash (EC$ 140), évidemment, la station n’est pas équipée de machine à carte bleue et le distributeur le plus proche est à 30 mins de route. Nous lui donnons donc ce que l’on a, à savoir EC$ 100 équivalent à une trentaine d’euros. Nous allons à Cabier lodge qui se trouve non loin de là afin d’échanger un traveler’s chèque. L’accès n’est pas simple mais l’hôtel possède une plage presque privée. Nous apercevons un homme qui semble prendre soin du jardin et lui demandons à qui nous pouvons nous adresser. Nous apprenons que le manager de l’établissement est français et que sa femme est allemande. Nous effectuons le change avant de visiter le petit zoo.IMG_1459. IMG_1462. IMG_1467. IMG_1450. IMG_1452. IMG_1454. IMG_1458. IMG_1449.

De retour à la station service, nous payons notre dette avant de partir pour Royal Mont Carmel Waterfall. A peine arrivés à proximité, nous sommes pris d’assault par un groupe qui insiste pour nous faire visiter. Rien n’étant gratuit, nous devons nous résoudre à trouver autre chose à faire. Nous n’avons aucun soucis avec le fait de faire un geste mais être constamment sollicités a fini par nous lasser. Nous retournons donc vers le nord afin d’atteindre le lac Antoine. Sur la route, nous tentons de rejoindre une immense plage qui couvre près d’un tiers de la côte mais sans succès. Nous longeons l’ancien aéroport qui est désormais une piste de course automobile pas très légale. Le lac Antoine est quelque peu décevant et le temps n’aide pas.

IMG_1469. IMG_1472. Nous revenons vers Saint George en passant par Grand Etang, dans l’espoir de voir les singes. Malheureusement, ils ne sont toujours pas au rendez-vous. Nous arrivons à la maison où se déroule une incroyable partie de ping pong. Une dernière soirée avec Tim et Judith avant le départ.

IMG_1475. IMG_1481. IMG_1478.

Le 05 mai, jour de départ

En guise de dernier petit déjeuner, Judith nous prépare de savoureux beignets de morue.IMG_1484.

S’il y a quelque chose dont je me souviendrai toujours, c’est que chez Judith, la morue n’est jamais salée et qu’elle est toujours excellente.

Après avoir passé la matinée entre les bagages et le nettoyage de la voiture, nous nous rendons à l’aéroport pour prendre notre vol vers Trinidad.IMG_1486. IMG_1489. IMG_1490.

We couldn’t thank you enought for all the moments shared with both of you. Your advice and your suggestion were always very helpful. Be with you was as if we were with our family. You took care of us like no one. Thank you again for the letter!

2 réflexions au sujet de « Grenade »

  1. Ben mes aieux que c est magnifique j’en reste sans voix. Lounes il te manque juste le coifffeur du coin profitez en un maximum bisous

  2. Salut les jeunes,
    Magnifique et spendide le paysage, quelle chance de pouvoir découvrir de merveilleux sites, cela donne envie de vous rejoindre mais malheureusement pas possible. Gros bisous et faites nous encore découvrir d’autres paysages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *