Vietnam

Le Vietnam à travers l’histoire (source)

Le premier royaume du Vietnam appelé Văn Lang, situé dans le delta du Fleuve Rouge et correspondant à l’actuelle province de Vĩnh Phúc, fut fondé et régné par le 1er roi Hùng Vương en 2879 av. J.-C.

Dix-sept rois portant tous le nom de Hùng Vương lui avaient ensuite succédé. Ces dix-huit rois, considérés comme les fondateurs du Vietnam, constituaient la dynastie Hồng Bàng qui durait jusqu’en 258 av. J.-C. et qui contribuait à entretenir l’idée d’une culture vietnamienne spécifique dès l’âge du Bronze, et par conséquent antérieure aux mille ans de domination chinoise.

Le premier royaume du Vietnam appelé Van Lang est situé dans le delta du Fleuve Rouge.

Photo © Wikipédia

Le Vietnam sous la domination chinoise

Avant l’invasion chinoise en l’année 111 avant J.C, la population Việt commença à essaimer dans les différentes parties du territoire afin de trouver des lieux où s’installer. Cependant, les conditions météorologiques précaires ainsi que la venue des Chinois les contraignaient à se regrouper. C’est ainsi que les Việt commencèrent à s’organiser en une communauté solide et stable. Leur berceau était donc le delta du Fleuve rouge.

Le Vietnam passait sous la domination de la Chine le jour où la dynastie Han s’empara de Nam Việt et en faisait la province chinoise. La période de mille ans durant laquelle la population vietnamienne était soumise à la Chine se divise en deux. La première prit fin en l’an 40 lorsqu’une révolte s’éclata suite à l’assassinat du notable Thi Sách. Avec le soutien du peuple Việt, les sœurs Trưng, veuve et belle-sœur du défunt étaient à la tête de cette rébellion.

Malheureusement, cette révolte n’a pas apporté ses fruits. Le Vietnam était de nouveau soumis à la Chine. C’était dans l’objectif d’éviter une nouvelle insurrection que Ma Yuan imposa de nouvelles règles à la population Việt, entre autres l’usage obligatoire de la langue chinoise. Par ailleurs, toutes les fonctions administratives de cette époque étaient dirigées par des Chinois.

Avant l’inauguration de la dynastie Ngô en l’an 932 après J.C, de nombreuses tentatives de mutinerie avaient été remarquées. Les révoltes de l’année 248 conduites à nouveau par une femme, Triệu Thị Trinh (dite Dame Triệu), celles de 544 menées par le magistrat Lý Nam Ðế (dit également Lý Bí ou Lý Bôn), et celles de 791 dirigées par le militaire en chef Phùng Hưng en faisaient partie. Le Vietnam n’obtenait sa liberté que lorsque l’armée chinoise fut vaincue par le légendaire gouverneur Ngô Quyền.

Les dates les plus mémorables de l’histoire du Vietnam

  • Le Vietnam sous l’empire françaisLes autres événements qui ont chamboulé l’histoire du Vietnam sont sans aucun doute la colonisation française.

    De l’année 1858 à 1940, ce pays fut de nouveau sous la soumission; cette fois-ci de la France. A compter de 1855, les interventions françaises au Vietnam s’accéléraient et en août 1858, l’amiral français Rigault de Genouilly entama le siège de Tourane (Đà Nẵng), ensuite l’armée française envahit et conquit plusieurs villes, telles que Hanoï, Haiphong, Saïgon, Vĩnh Long, l’île de Poulo Condor (Côn Đảo)… et mit officiellement en place l’Union indochinoise ou l’Indochine française comportant le Vietnam, le Laos et le Cambodge.

    Durant la période de la colonisation française, le Vietnam était divisé en trois entités administratives : au Sud, la colonie de Cochinchine, placée sous la tutelle directe des lois et de l’administration françaises; au Centre, l’Annam, théoriquement placé sous un régime d’administration indirecte, le souverain, le mandarinat et les lois étant soumis, comme le Cambodge et le Laos voisins, au protectorat de la France; au Nord, le Tonkin, sorte de «semi-protectorat», qui évoluait vers un régime d’administration directe.

  • L’arrivée des JaponaisDurant la Seconde Guerre mondiale qui datait de 1940 à 1945, les Japonais envahirent le territoire et mirent fin à l’Indochine française. L’arrivée de ces étrangers n’a cependant pas apporté la paix à la population Việt. Au contraire, le Japon instaura son nouvel empire et soumit de nouveau les Vietnamiens à son autorité. L’affrontement entre l’armée japonaise et les militaires français le 09 mars 1945 entraîna un véritable chaos. La France fut vaincue.

    Peu de temps après cette guerre, le 10 août de la même année pour être plus précis, le Việt Minh qui est une assemblée d’anciens dirigeants communistes indochinois se révolta contre l’armée japonaise. Ayant réussi son coup, cet attroupement profita de la défaite du Japon pour proclamer l’indépendance du pays. C’est ainsi que Hồ Chí Minh est devenu le président de la République Démocratique du Vietnam.

    L’indépendance du Vietnam ne fut toutefois reconnue par les Français qu’en 1954 lors de leur défaite à Điện Biên Phủ. Entre temps, la France essaya à plusieurs reprises de reprendre sa colonie avant de se retirer définitivement après la signature des Accords de Genève procédée le 21 Juillet 1954.

  • La division du pays et la guerre du VietnamCette convention de Genève a pour conséquence la division du Vietnam en deux parties séparées par le 17è parallèle, à savoir le régime communiste au nord et le régime nationaliste dans le sud. Cette décision a été prise afin de mieux regrouper les forces armées françaises avant leur évacuation définitive. Ces dernières occupèrent le sud du pays à cette époque. Le départ des français en 1955 laissait place à deux républiques distinctes, dont la République Démocratique du Việt Nam du nord dirigé par Hồ Chí Minh et la République du Viêt Nam du sud par Ngô Đình Diệm.

    Malgré le départ de l’armée française, la population Viêt n’a pas retrouvé la paix. De nouveaux affrontements ont été remarqués. Un nouvel attroupement, le Front National de Libération du Việt Cộng ou Việt Nam du sud, fut formé en 1956 afin de mettre fin au régime dictatorial de Ngô Đình Diệm. Il faut noter également que le régime nationaliste du sud n’a pas organisé le référendum de réunification du pays mentionné dans la Convention de Genève; c’est aussi une autre cause de ces révoltes.

  • L’intervention des Etats-Unis et la fin de la guerreLa partition du pays en deux ainsi que le régime autoritaire du sud entraînèrent une grande agitation. La partie communiste alliée à l’URSS et à la Chine s’opposait à la partie nationaliste. L’armée américaine intervint alors en offrant son aide au Vietnam du sud. Les opposants du régime Diệm menèrent un coup d’Etat et mit fin aux jours de ce dirigeant despote. Les Etats-Unis bombardèrent alors le Vietnam du nord; c’est le début de la seconde guerre d’Indochine.

    Les bombardements effectués par l’armée américaine ne prirent fin qu’en 1968. Après la mort de Hồ Chí Minh en 1969, le parti communiste du nord connaissait une confusion. Ce dernier se divisa en deux, dont les pro-soviétiques et les pro-chinois. C’était au cours de la même année que les Etats-Unis se retirèrent du pays et laissèrent le Vietnam du sud à la merci de ses adversaires. La Guerre du Vietnam s’achève complètement lorsque le régime du nord a conquis Saïgon et l’a rebaptisé de Ho Chi Minh Ville.

    Après la chute de Saïgon en 1975, le pays se réunifia enfin le 2 juillet 1976. Les deux républiques existantes laissèrent la place à la République Socialiste du Việt Nam. Hanoï est devenu la capitale du Vietnam.

  • Le Vietnam après 1975Après cette longue période de soumission aux pays étrangers et de guerre, l’économie du Vietnam a beaucoup souffert. La réunification du pays a également entraîné l’exode d’un million d’opposants qui occupaient la partie sud.

    Une autre date qui reste inoubliable est celle de janvier 1979 quand la troisième Guerre d’Indochine éclata. L’armée vietnamienne entrait en guerre avec les Khmers rouges pro-chinois en attaquant le Cambodge. Le régime totalitaire mis en place par ces derniers fut renversé.

    Ce n’est qu’à l’aube des années 80 que le Vietnam retrouve enfin la paix après une lutte perpétuelle contre la domination des étrangers. Son économie connait depuis une croissance de plus en plus forte.vietnam

Le Drapeau

Le drapeau Vietnam actuel est celui adopté par la République Démocratique du Viêt Nam du Nord. Lors de la défaite de Saïgon en 1975, l’utilisation officielle du drapeau jaune avec trois bandes rouges du régime du Sud cessa tout comme le pouvoir qui y est exercé.vietnam

Cet emblème national, à la fois drapeau d’Etat, pavillon marchand, drapeau civil et pavillon de la République Socialiste du Viêt Nam, possède une signification très particulière. Son fond rouge représente la révolte et le sang versé durant les luttes pour l’indépendance. L’étoile jaune symbolise l’unité des intervenants dans l’établissement du socialisme, à savoir les paysans, les ouvriers, les soldats, les intellectuels et les jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *