Baphuon

Un peu de géographie…

Le Baphuon est adjacent à l’enceinte méridionale du Palais Royal. Son gopura oriental extérieur se trouve sur le même axe longitudinal que la Terrasse d’Eléphant, qui s’aligne également avec la tour centrale du Bayon, située juste au sud. Pourtant, les deux temples diffèrent en âge et ne sont pas liés, mais plutôt juxtaposés d’une manière apparemment aléatoire qui ne suggère aucun lien. map-angkor-thom-cambodia-850Le temple-montagne du Baphuon, mesurant 120 mètres d’est en ouest par 100 mètres du nord au sud à sa base, se trouve entre l’enceinte du palais royal et le talus de terre qui constituait probablement la rive nord du fossé entourant le Capitale de Yasovarman, centrée sur Phnom Bakheng au IXe siècle. Sa taille considérable en ferait sans doute l’un des monuments les plus imposants d’Angkor – si elle était située sur un site moins restreint. baphuon5

Pour ce qui est de l’histoire…

Implanté au cœur de l’ancienne cité royale d’Angkor Thom, au sud du Palais royal, occupé sans discontinuité durant plusieurs siècles, le Baphuon est l’un des plus grands édifices religieux du Cambodge ancien. Structure pyramidale à trois imposants étages surmontés de galeries pourtournantes, ce temple-montagne dédié au culte du Linga fut, d’après l’inscription trouvée, construit au milieu du XIe siècle. Il fut probablement l’un des édifices majeurs autour duquel se structura la ville angkorienne aux cours du siècle qui précéda la construction de l’enceinte d’Angkor Thom et de ses cinq portes monumentales.

baphuon3

Photo prise pendant au cours de la reconstruction

C’est sans doute au XVIe siècle que le Baphuon devint le support de l’une des plus grandes images appareillées du Bouddha au Cambodge. Relevant plus haut-relief que de la statuaire en ronde-bosse, la construction de cette grande image est sans doute l’une des plus formidables entreprises de remploi dont puisse témoigner un temple angkorien.baphuon3baphuon3c

De l’architecture pour finir…

L’entrée monumentale en trois parties, en bordure du palais royal, est composée de gopuras cruciformes réunis par des galeries, tous placés sur une plate-forme de base décorée, et précurseur de l’entrée ouest d’Angkor Wat. Trois lingas ont été trouvés dans la quatrième enceinte en quittant le centre du monument, où seules quelques bases de mur et portiques dangereusement penchants restent – un dans chaque passage.  baphuon7Une chaussée de grès, d’environ 200 mètres de long, est formée comme une sorte de pont à long pavé posé sur trois lignes de colonnes courtes, suivi – peut-être à la suite d’une erreur de calcul – d’une digue de 5,5 mètres de large formée Remblai entre deux parois latérales. baphuon2 baphuon6 baphuon6b baphuon3cLe temple lui-même est formé d’une pyramide haute en grès qui, contrairement à celle des 9e et 10e siècles, est rectangulaire en plan plutôt qu’en carré – les étages supérieurs superposés ne décroissant pas, mais sont pratiquement constants en hauteur de sorte que la vue du sommet n’est pas obscurcie par les galeries. Ces galeries entourent les premier, troisième et cinquième niveaux. La terrasse du haut est à environ vingt mètres au-dessus du niveau du sol. Les murs de base, bien que puissamment moulé, ne sont pas sculptés. La galerie extérieure de la troisième enceinte a presque entièrement disparu, ses matériaux ayant été utilisés relativement récemment pour construire le contour d’un énorme bouddha couché, presque informe, sur la face occidentale des niveaux supérieurs, à partir d’un tas de blocs. Heureusement le gopura aux bas-reliefs situés à mi-hauteur a été simplement incorporé dans cette maçonnerie sans être démoli. Les tours d’angle ont été rasées, comme presque tous les gopuras du nord et de l’ouest. baphuon4