Cambodge

Un pays souriant et accueillant malgré les terribles épreuves qu’il a traversé. En regardant d’un peu plus près l’histoire du Cambodge et de son peuple, on peine à y croire. De la splendeur de l’empire khmer au génocide du régime « khmer rouge », en passant par des guerres civiles, des guerres de territoire, les guerres mondiales, la colonisation, … le peuple cambodgien essaie tant bien que mal de se sortir de cette succession d’épisodes tragiques et tumultueux. flag_cambodiaFier de son histoire millénaire, le royaume du Cambodge ou Kampuchea en langue khmère, affiche sur son drapeau l’un des plus beaux temples du monde : celui d’Angkor Vat à côté de de la grande cité Angkor Thom. Pour ce qui est des couleurs:

  • Bleu : référence à la monarchie
  • Rouge : le peuple cambodgien
  • Blanc : symbole du bouddhisme

Si les siècles angkoriens (802-1431) représentent une époque faste, l’Empire khmer est marqué par le déclin vers le milieu du 15esiècle au milieu du 19esiècle. Il faut attendre la mise en place du protectorat français en 1863 pour permettre au pays de renouer avec une relative stabilité. Le Pays du Sourire accède à l’indépendance en 1953, année qui marque l’établissement du Royaume du Cambodge dirigé par Norodom Sihanouk. De 1970 à 1975, le pays, plongé dans la guerre civile, est devenu la République khmèreDu milieu du 15e siècle au milieu du 19e siècle : la période post-angkorienne est secouée par plusieurs conflits internes et externes.

1853 -1856 : Le roi Ang Duong est couronné par les thaïs et les vietnamiens qui décident d’une hégémonie conjointe sur l’état khmer.Contrairement aux assertions des auteurs français de l’époque coloniale, Ang Duong ne souhaite pas un protectorat français pour son pays. Confronté à de nombreux problèmes (pauvreté du pays, dissensions internes, ravages des pirates), il accepte d’envisager une relation mal définie avec la France, mais sa mort en 1860 survient avant qu’aucun accord n’ait été conclu.

Fils aîné du roi Ang Duong, Ang Voddey étudie les écritures bouddhistes en pali et en sanskrit ainsi que les canons sacrés du bouddhisme Theravada à Bangkok, la capitale du royaume de Siam. Cette formation vise à renforcer les liens entre les deux royaumes.

Le Cambodge, vassal du Siam, reconnaît également la suzeraineté du Vietnam depuis 1802. Le protocole veut que les rois du Cambodge soient couronnés en présence des représentants des deux suzerains. À la mort d’Ang Duong en 1860, Ang Voddey est choisi comme successeur, sous le nom de Norodom Ier, mais n’est pas couronné. Les Thai, qui détiennent les symboles de la royauté cambodgienne (la couronne, l’épée sacrée et le sceau royal), refusent en effet de les restituer pour l’occasion, insistant sur le fait que le nouveau roi élu est un simple représentant et refusant aux Vietnamiens le droit de couronner Norodom. Le Siam cherche ainsi à saper les prétentions du Vietnam sur le Cambodge et à affirmer qu’il est seul maître de cet État vassal.

Le coup d’État ourdi en 1861 par le demi-frère de Norodom, Si Votha, est écrasé avec l’aide des troupes thaïlandaises. La France, qui possède alors une grande partie de la Cochinchine (dans le sud du Vietnam), considère déjà les provinces cambodgiennes limitrophes de la Cochinchine comme de futures possessions coloniales. Elle tente ainsi de se faire verser le tribut que le Cambodge doit au Vietnam et force Norodom à accepter sa protection par un accord signé le 11 août 1863. La ratification de l’accord prévue à Paris tardant à venir, Norodom signe un traité secret avec le Siam le 1er décembre 1863, ratifié le 22 janvier 1864. En vertu de ce traité, Norodom devient le vice-roi du Siam et le gouverneur du Cambodge, tandis que le Siam conserve le contrôle des provinces cambodgiennes de Battambang et de Siemreap. La France s’empresse alors d’empêcher le Siam d’affirmer toute nouvelle prétention sur le Cambodge et le contraint à restituer les insignes royaux. Norodom Ier est ainsi finalement sacré à Oudong (Cambodge) en juin 1864 en présence des représentants de la France et du Siam, puis établit sa capitale à Phnom Penh en 1866. Le Siam reconnaît officiellement le protectorat français sur le Cambodge en 1867. Les autorités françaises imposent dès lors une réforme agraire, réorganisent l’armée cambodgienne et abolissent l’esclavage. Leur emprise coloniale ne cessera de s’affirmer durant le règne de Norodom.

cambodia-tourist-map
Le régime « khmer rouge », ce sont quatre longues années d’horreur durant lesquelles un quart de la population a été massacré (2 millions sur une population de 7 millions) dont tous les intellectuels quelque soit leur domaine d’application. Aujourd’hui, le régime en place est majoritairement constitué d’anciens khmers rouges ou de proches. Une corruption qui s’invite même sur les bancs de l’école publique avec des professeurs qui proposent aux élèves des extra-classes payantes .
Ce qui nous pousse à nous interroger sur le rôle qu’a joué et que joue encore la communauté internationale dans ce chaos. Il est difficile de rester neutre lorsque l’on apprend que le salaire moyen est de 120USD/ mois en agglomération et 30USD/mois dans les campagne alors que l’entrée aux temples d’Angkor va passer à 37USD/jour en février 2017. La population est pauvre, c’est indéniable. Prenez le temps de regarder les voitures qui circulent dans les grandes villes et comprenez le gouffre qui sépare la majorité des cambodgiens, les investisseurs étrangers et ceux à qui profite le système. L’accès à l’éducation est lui aussi limité au minimum, seules les familles pouvant payer les frais de scolarités ont le droit d’apprendre à lire et à écrire. Les populations rurales sont délaissées par le gouvernement et nombre d’associations s’installent tout autour du pays. La famille royale séjourne la majorité du temps à Phnom Penh mais c’est le Premier ministre et son partie (Cambodian people party) qui dirige le royaume depuis plus de 30 ans.
Le Cambodge et son peuple sont une invitation à la joie de vivre. Un sourire sincère scotché aux lèvres et une bonhommie intrinsèque à chaque individu, la richesse de leur cœur n’a d’égale que leur gentillesse et leur humilité.

Les infos voyage:

  • visa obligatoire qu’il est possible de faire à l’arrivée (US$ 25+photo d’identité) ou à l’ambassade. Le visa est valable 3 mois mais ne vous autorise que 30 jours de séjour. Comptez US$10/jour en cas de dépassement.
  • la monnaie des touristes est le dollar américain, la monnaie locale est le Riel (USD1 = 4000 Riels) cambodian-currency-riel
  • pas de vaccins en particulier, il est recommandé de faire la typhoïde et la fièvre jaune. Bien que le paludisme ne soit pas vraiment menaçant sauf en cas de long séjour en zone rurale, nous avons commencer notre traitement car les moustiques sont particulièrement agressifs.
  • budget: hébergement 8-15€/nuit, repas 1-6 € / repas, bière pression 0,5€
  • système électrique commun à la France
  • voltage : 230V
  • fuseau horaire +7 en été, + 6 en hiver
  • indice téléphonique +855
  • meilleure période: éviter mai et juin car il fait bien trop chaud, attention à la saison des pluie qui rend toute activité plus compliquée à gérer.