Paraguay

Le 25 Juin, passage de frontière vers le Paraguay

Traverser la frontière entre le Brésil et le Paraguay est d’une facilité déconcertante. Il suffit de monter dans un bus et de traverser le pont qui sépare les deux pays.A Attention cependant à demander à descendre à l’immigration côté brésilien pour déclarer votre sortie du territoire et du côté paraguayen pour signaler votre entrée. A ce propos, prenez bien garde à conserver le carbon de votre déclaration d’entrée au Brésil car vous devez le présenter à la sortie. Deuxième info, pour ne pas avoir à repayer le bus ou le taxi, demandez au chauffeur une preuve d’achat, elle vous permettra d’arriver jusqu’au terminal de bus de Ciudad del Este sans avoir à payer à nouveau. Enfin, sachez qu’il y a deux terminaux, l’un étant celui des bus de la ville et l’autre est celui des bus inter-cités, essayez de ne pas les confondre, l’un étant seulement à mi chemin, il serait dommage d’avoir à attendre à nouveau. Nous voilà au Paraguay…

paraguay imgres

 

Le terminal de bus inter-cités est particulièrement triste, je n’évoquerai pas le parcours réalisé qui vous fait rapidement prendre conscience que vous avez véritablement quitter le Brésil. La pauvreté semble ici être à son paroxysme, tant et si bien que je n’ai pas souhaité y rester plus longtemps. Les bureaux de change se trouve au centre, au mileu des milliards de boutiques constituant Ciudad del Este. Le tourisme ici se limite à venir acheter des équipements électriques de toute sorte et de revenir aussitôt au Brésil. Nous avons appris que les prix sont de 40 à 50% moins chers que chez leur voisin, cependant il va de soit qu’en cas de problème vous n’avez aucune garantie. Mieux vaut connaître les environs et surtout les bons endroits où acheter. De plus, il paraît que la douane a une forte tendance à vous demande de payer une taxe ou une amende si vous êtes pris en possession d’objet… La contre bande fait rage dans les environs.

Revenons donc au terminal de bus, nous cherchons à nous rendre à la capitale Asuncion et Edouardo cherche un bus pour le sud à Encarnacion. AC’est ici que vous pourrez faire du change. Bien que cela puisse sembler quelque peu étrange, un groupe d’hommes armés d’une sacoche noire tiennent le rôle de bureaux de change. Leur activité semble assez officielle car si vous demandez, l’on vous enverra vers eux. Avant d’effectuer votre change, prenez le temps de demander à deux ou trois d’entre eux quel est le taux pratiqué. En cas de doute, allez jusqu’au bureau de Western Union et demandez l’info. Le guaranis est la monnaie officielle du Paraguay (1= 5900 Grs), mais vous pourrez aisément payé en dollars US si vous le souhaiter. La population utilise les deux monnaies au quotidien. Après quelques tentatives de négociations, nous changeons nos réals à un taux assez correct (1 Rls= 1920 guaranis). Nous quittons Edouardo jusqu’au lendemain, nous nous donnons rendez vous à Asuncion. Nous prenons nos billets dans une agence qui semble avoir de très beau bus, nous payons peu, ce qui est une bonne nouvelle. Nous comprenons le prix en voyant arriver un bus hors d’âge dans un état de fonctionnement à la limite de l’épave. Évidemment, nous regardons partir de sublime navette pour la même destination et attendons plus d’une heure que le chauffeur se décide à partir.B Nous arrivons à Asuncion dans la soirée, heureusement nous avions vu une auberge de jeunesse similaire à celle quittée la veille, El Viajero, mais l’adresse n’est pas la bonne. Un officier de police et la jeune femme du cyber (pas de) café nous conseille de prendre un taxi car il n’est pas simple de s’y rendre en bus. Après quelques secondes de réflexion, nous comprenons que nous n’avons pas le choix car personne ne semble vouloir nous indiquer quel bus prendre pour nous y rendre. Bien qu’agacés de cette attitude générale, nous trouvons notre réconfort dans la beauté de cette nouvelle maison et l’humour exacerbé de l’homme qui nous reçoit (www.elviajerohostel.com). Nous nous installons et allons faire un tour dans le coin afin de grignoter quelque chose. Notre auberge se trouve au centre, ce qui est idéal pour se balader, d’autant plus que la rue Alberdi est assez sûre pour vous permettre ce type de balade nocturne. Nous descendons jusqu’au Bolsi qui propose des prix assez abordables pour un établissement ouvert sans interruption. Après un petit encas, nous allons nous coucher, encore en dortoir, le prix de la chambre double représentant presque le double du prix).

Le 26 Juin, la vie au Paraguay.

Nous nous levons tôt car nos voisines de chambre nous quittent dans un vacarme difficile à supporter. Elles nous avaient prévenu la veille et cela e nous fait pas de mal pour une fois. Nous prenons le petit-déjeuner, l’un des moins consistant que nous avons vu jusque là, et partons à la découverte de la ville. Nous souhaitons profiter des prix très bas du Paraguay pour acheter quelques affaires d’hiver. Nous commençons par le grand centre commercial: Shopping del Sol. Nous grimpons dans un bus qui a lui seul résume assez bien la vie quotidienne du pays. CL’arrivée au centre commercial marque une véritable rupture avec tout ce que nous avions vu jusque là. 

B

Nous comprenons mieux où se baladent les propriétaires des voitures de luxe vues la veille… Des marques de toutes sortes ont ici leur boutique: Adidas, Puma, United Color of Beneton, les pièces ne semblent pas être des contrefaçons et les prix sont exprimés en US dollars, donc c’est assez cher, presque le même prix qu’en France. Nous tentons notre chance au Mercado 4. Un marché assez incontournable à Asuncion puisqu’il couvre quatre pattés de maison et que l’on n’y trouve tout et surtout n’importe quoi. CNous débarquons dans une atmosphère qui ne pourrait être plus typique. Des odeurs à vous faire tourner la tête, dans les deux sens du termes… Des fruits, des légumes, des vêtements, des jouets pour enfants , des clous, des stands de nourriture… La liste est longue et il commence à faire nuit. Nous trouvons des collants un pull en laine pour Lou puis rentrons.

Accueillis par Edouardo qui venait tout juste d’arriver d’Encarnacion, nous sortons fêter nos retrouvailles avant de manger un bout.

Le 27 Juin, marche historique et soirée paraguayenne

Jour de match, nous retournons faire un tour au mercado quatro, pensant que l’on verra mieux que la veille jusqu’à l’heure du match opposant l’Espagne à l’Italie. Nous retournons au Bolsi, le temps que les garçons s’offrent un plaisir très masculin, regarder d’autres hommes courir après un balon.1 Avant que la nuit ne tombe, nous prenons le temps de réaliser la marche historique conseillée par le Lonely Planet, édition 2007. Nous découvrons de nombreux monuments à deux pas de notre hôtel.

3 2 4La Plaza de los Heroes et son Pantéon11 15

La Plaza Independencia

6La Catedral Metropolitana

7et le Musée attenant qui démontre une particularité architecturale car il est mi neuf mi vieux

8La vue sur la Bahia de Asuncion, où s’écoule le célèbre Rio Paraguay

9La Casa de La Independencia, toute rose2 3 4

Un monument très singulier constitué d’un tronc d’arbre et d’une chaîne brisée représentant le rôle qu’à jouer la ville à l’époque des grandes conquêtes espagnoles. Etant au centre du continent, la ville a longtemps été le port d’attache des conquistadors.5 6

La statut du Cavalier et ses canons7

La Maison de Président8 9

La Plaza de los desaparecidos, une place vide commémorant les disparus…

10La Casa del Bicentenario en hommage au deux cent ans d’Indépendance

Edouardo s’est lié d’amitié avec deux paraguayennes qui ont la gentillesse de nous convier à l’une des soirée privée de la ville. Dans un bâtiment abandonné, une exposition d’art contemporain se mêle à de la musique des années 90. Un grand moment! IMG-20130627-WA0017

20130627_224217Le 28 Juin, veille de départ

A notre habitude, nous prenons le temps de faire nos valises et étudions les possibilités qui s’offre à nous suite à notre changement d’itinéraire. Nous ne restons pas au Paraguay, nous quittons le pays pour nous rendre en Bolivie. La vie y est encore moins chère et le potentiel touristique du pays est encore très peu exploité. Nous regrettons de n’avoir pas passer plus de temps ici mais il serait vraiment dommage de descendre pour remonter ensuite. Nous trouverons peut être le temps de revenir après la Bolivie, avant l’Uruguay.

Nous passons la journée à l’hôtel et profitons d’être tous ensemble. Le soir nous sortons fêter notre départ dans un bar/club appelé Los Piratas, dont l’espace est partagé entre l’intérieur et l’extérieur. Un concert live de rock avec un groupe qui semble assez déluré. Nous rencontrons Diana ce même soir, colombienne qui vit en Argentine et qui nous propose assez rapidement de passer quelques jours chez elle à Buenos Aires. Très bon point quand on connaît le coût de la vie en Argentine. 

Une réflexion au sujet de « Paraguay »

  1. Coucou les amis! Comme toujours recits et astuces interessantes !! Continue surtout nous sommes assidus a la lecture. Mais des que vous avez du reseau. N’hesitez pas a donner de vos nouvelles. Big bisous. Feliz viaje!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *