Paulino Neves, Parnaiba, Camocim

Le 5 Juin, en route pour Jeri

Nous avons 4 jours pour atteindre l’une de nos dernières destinations du nord est brésilien: Jericoacoara. Ces destinations restent, avec Atins, réservées aux brésiliens et aux voyageurs curieux. D’ailleurs, sans Franco, nous n’aurions pas entendu parler de ce petit paradis. Nous avons donc prévu de faire plusieurs arrêts sur le chemin afin d’en voir toujours plus.

Comme prévu, nous partons de bonne heure avec Fernando (www.pipatour.com). Nous prenons la barque avec Lucas, le fils de Rita afin d’atteindre Caburé sur l’autre rive, où la voiture de Fernando nous attend. La pluie nous menace et dini par nous arroser si bien que nous voilà trempés jusqu’aux orteils… bonne nouvelle pour les lagons qui seront d’autant plus remplis.18

Arrivés à Caburé, le collaborateur de Fernando nous explique qu’une tortue Luth s’est perdue sur la plage et que les habitants se relaient encore pour l’aider à retourner à l’eau. Apparemment, ils l’aurait tracté en pick up tant elle était loin et lourde. Une petite revanche sur notre excursion à Grenade et une belle démonstration de solidarité.

20

19 21

Nous remontons en voiture afin de parcourir les 30 kms de plage qui bordent les petites Lençois. On y trouve de tout et surtout n’importe quoi. Le spectacle reste pourtant sublime.

22 23

Nous traversons ensuite Paulino Neves, un ancien village de pêcheur aussi grand et développé qu’une petite ville et qui a profité du tourisme du Parc National. En effet, il s’agit d’un des endroits les plus proches accessible par la route, la vraie.

Nous traversons le delta de Parnaiba qui marque la limite entre l’Etat de Piaui et celui de Maranhao.

24

Nous voici à Parnaiba pour deux jours, Fernando nous dépose à la Pousada Porto das Barcas (http://www.pousadaportodasbarcas.com). L’endroit accueille une exposition d’art contemporain et montre une véritable ingéniosité de réabilitation d’une ancienne écurie.20130605_154915 20130606_161330 20130605_155037 20130606_161414 20130606_161435

Le 6 juin, en route vers Camocim.

Nous grimpons dans un nouveau bus en fin d’après midi pour poursuivre notre route. Nous nous dirigeons vers Camocim, un autre village de pêcheur où se trouve l’Ilha do Amor.20130606_190423 20130607_075247 20130607_075306 Encore une fois, les conseils de Franco sont passés par là. dès notre arrivée, nous nous mettons en quête d’un restaurant de poisson. Nous découvrons un restaurant japonais (très brésilien) qui propose des prix défiant toutes conccurences.1 2

Tout y était vraiment très bon et le plateau pour deux ne coûtait que 50 Rls, soit à peine 18 euros. Nous rentrons rassasiés et ravis de ce fabuleux repas.

Le 7 Juin, les rues de Camocim

La matinée s’écoule lentement à Camocim. Nous prenons le temps de nous balader afin de trouver quelques fruits à emporter avec nous à Jeri. Nous prévoyons deux trois bricoles juste au cas où, comme souvent dans les villes reculées, la nourriture soit rare ou trop cher. La place de la gare routière dort encore. Nous nous baladons au marché pour trouver des casquettes et marchons jusqu’au bord de la route afin d’observer l’Ilha do Amor. Il est déjà temps pour nous de rentrer refaire nos sacs avant que la voiture pour Jeri arrive. 

5 4 3

2 réflexions au sujet de « Paulino Neves, Parnaiba, Camocim »

  1. Comme d’habitude tout est magnifique, ton récit Jennifer est au top et toi Lounès j’adore ton look de routard tu es trop beau.

  2. me voilà de retour et je viens de regarder les dernières nouvelles
    c est vrai c est un beau voyage mais en même temps on ne peut s’empêcher de s inquiéter un peu mais enfin faites attention à vous deux et continuer à nous donner des news les photos sont belles et ça nous permet de voir que vous allez bien;
    Lounes t aura besoin d un bon coiffeur à ton retour
    bises à vous deux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *