Boa Vista, Manaus et Belem

Le 24 Mai, Entrée au Brésil

Comme de vrais locaux, nous prenons un taxi collectif pour la frontière. Nous devons attendre d’être quatre passagers pour pouvoir quitter Santa Elena ou payer 80 bls pour avoir la voiture à nous seuls. Le chauffeur nous dépose à la douane vénézuelienne pour faire tamponner nos passeports, formalité obligatoire pour passer la frontière. Malheureusement, c’est la pause déjeuner, nous attendons près d’une heure sur place. Note pour plus tard, il est possible de le faire en ville, option bien plus pratique si seulement nous l’avions su…VENE-BRAZIL

Ayant quitté le Vénézuela, nous entrons au Brésil. L’agent qui nous reçoit est vraiment gentil, il nous explique tout en anglais. Quand vous entrez au Brésil, vous devez préciser la durée de votre séjour, en temps qu’européen, nous avons la possibilité de rester 90 jours sans visa. Nous optons pour 45 jours, en sachant que le Brésil est un pays trop riche et surtout tout grand pour ne pas se ruiner en y restant davantage. Passés la frontière, nous arrivons à la station de taxi collectif, toujours impossible d’utiliser nos cartes visa pour faire des retraits et évidemment les guichets sont fermés. Nous rencontrons un couple belge qui fait face au même problème. Ils nous expliquent qu’ils attendent deux autres personnes pour remplir la voiture qui les mènera à Boa Vista depuis près d’une demi heure. Sans vraiment comprendre pourquoi, nous sommes pris en charge par le premier chauffeur que nous rencontrons. A l’aide de notre phrase book nous lui demandons s’il est possible de retirer de l’argent en ville pour le régler, il accepte sans plus de précision. Nous voici entassés pour 2h30 de route vers Boa Vista, première ville brésilienne en arrivant du Vénézuela. Durant le parcours, nous n’observons que des arbres de toutes formes, des champs et des troupeaux de vaches. Quelques tribus indigènes vivent ici dans des huttes en bois et en terre bâtis sur le modèle de grandes maisons.VENE-BRAZIL2 VENE-BRAZIL1

Bien moins accueillante que Santa Elena, la ville de Boa Vista ne nous a pas donné envie de la visiter. Nous ne sortirons de notre hôtel que pour tenter de retirer de l’argent. Notre carte ne passe pas, ni dans les banques, ni à l’hôtel. La réceptionniste demande au chauffeur de revenir le lendemain le temps que nous trouvions une solution. A ce propos, soyez bien sûrs que rares sont les personnes qui parlent anglais à Boa Vista. Sans un sous en poche, impossible de diner. Nous prenons quelques sodas et des chips à la réception afin de combler un peu notre faim. Nous cherchons comment retirer de l’argent et trouvons un tutoriel en français posté sur internet au sujet de la manœuvre à effectuer au distributeur. Il semblerait que seule l’option Credit card ou credito puisse nous permettre de retirer de l’argent. Nous tentons notre chance mais toujours rien. Afin de palier à ce problème j’envoie un western union à Lou, nous aurons au moins de quoi payer l’hôtel, les taxis et le déjeuner jusqu’à notre départ de nuit pour Manaus.

Le 25 Mai, un anniversaire pas comme les autres.

Nous sommes sauvés, le western union a fonctionné! Nous payons nos dettes, rendons la chambre et nous installons dans le patio de l’hôtel, au bord de la piscine. Notre vol ne part qu’à 2h du matin, nous avons la journée devant nous. Boa Vista Boa Vista1Nous trinquons avec famille et amis via skype et nous rendons dans le plus bel hôtel du quartier pour un déjeuner tardif. Un moment dont je me souviendrai longtemps compte tenu des péripéties de la veille. Au Brésil, ce n’est pas plus cher de manger dans les grands hôtels des petites villes. Nous profitons du cadre et du caractère intimiste de la terrasse. Boa Vista4 Boa Vista3Nous rentrons à l’hôtel afin de nous mettre en route pour l’aéroport. Il n’est que 20h mais je suis épuisée, les sièges ne permettent pas de s’allonger, j’opte donc pour le sol en marbre. 28 ans, le début de la fin…Boa Vista2

Le 26 Mai, en route pour Manaus

2h du matin nous prenons notre vol sans être vraiment parvenus à dormir. Le décollage se fait dans le noir, nous allons pouvoir rattraper notre nuit. En peu de temps, nous arrivons à Manaus. Il est tout juste 4h du matin. Fatigués, nous décidons de ne pas passer la journée à l’aéroport, contrairement à ce que nous avions prévu. Un agent nous prend en charge et nous fait conduire vers une pousada très bon marché. Nous parvenons à payer la course en carte, encore une fois il faut demander crédit et non débit. Nous partons pour le centre de Manaus, il fait nuit. Une fois devant la pousada conseillée, nous découvrons qu’elle est fermée, au vue du quartier dans lequel elle se trouve nous comprenons rapidement pourquoi. Le chauffeur nous propose un autre hôtel au coeur du centre touristique, le prix est démesuré mais nous n’avons pas vraiment le choix. Quelques heures de sommeil plus tard, nous voici dans les rues de Manaus.Manaus3 Manaus4 La ville est pleine de charme bien que la plupart des boutiques soient fermées. La place de l’Opéra est en pleine préparation pour le spectacle prévu le soir même. Nous trouvons une banque HSBC où nous parvenons à retirer un peu de sous.Manaus Manaus2

Place de l’OpéraManaus1

Palais de JusticeManaus5

Place centrale

Nous rentrons nous occuper de notre prochain hébergement à Belem de sorte à ne pas se retrouver dans la même situation. Dans la soirée nous retournons sur la place, il y a foule malgré les quelques averses qui rythment la soirée. La représentation est très agréable, nous rentrons nous préparer pour repartir.Manaus6

Le 27 Mai, de Manaus à Belem.

4h20, nous embarquons pour notre vol. Encore un décollage dans le noir, encore une chance de dormir un peu. L’escale prévue à Santarem n’a pas lieu à cause de l’orage et la pluie. Le pilote fait une annonce, nous comprenons que nous faisons demi tour en attendant que la météo permette l’atterrissage. Il ne manquait plus que ça… De retour à Manaus, les hôtesses font plusieurs annonces en portugais… Un certain nombre de passagers se lèvent et attendent face à la porte, nous ne comprenons pas ce qu’il se passe. Au bout d’une demi heure, les gens sont toujours debouts, la porte est toujours fermée, le pilote annonce que nous repartons. L’escale se fait sans encombre et nous arrivons à Belem avec 3h de retard. Bien que la plupart des voyageurs conseillent la traversée en bateau de 5 jours le long de l’Amazone, nous ne sommes pas tombés sous le charme des 4 nuits en hamac. Même pour un autre vol de nuit, le temps de parcours est incomparable et la vue est incroyable. Nous cherchons un bus pour nous rendre en ville car le taxi est trop cher. Nous ne savons toujours pas si nous allons pouvoir utiliser nos cartes à nouveau alors nous restons prudents. A la sortie de l’aéroport, sur la droite, vous trouverez une station de bus. Ici, un grand nombre de destinations est possible, toutes sont inscrites sur le pare brise de chacune des navettes qui dessert l’aéroport. Nous devons nous rendre au centre. Nous demandons notre route à tous les chauffeurs et finissons par trouver le bon. Je m’étonnes de leur système de paiement car un caissier est présent dans le bus pour faire passer les voyageurs par un tourniquet, ainsi le chauffeur n’a qu’à s’occuper de la route.Belem2 Nous atteignons l’avenue du Président Vargas en 20 mins après avoir traversé tout type de quartier, pour seulement 2,20 Réals chacun. Belem35 mins de marche plus tard, nous arrivons à notre Pousada (Hotel Amazonia, rue de O Almeida 548, Nazaré), la moins chère du quartier et l’une des mieux situées pour nous balader en ville. Nous sommes accueillis par une jeune femme qui nous explique tout ce qu’il y a à faire et à voir aux alentours, dans un anglais parfait.

Après s’être rafraîchis, nous partons à la découverte de la ville. Nombreux sont les monuments dans cette ancienne ville coloniale qui garde encore quelques vestiges de son âge d’or. Dans le quartier de Nazaré, nous découvrons la cathédrale éponyme.

Belem4Belem5

Le soleil n’est pas au rendez vous, nous comprenons pourquoi tous les habitants se baladent avec des parapluies. Après quelques achats, nous rentrons pour manger et nous reposer un peu.

Le 28 Mai, découverte du centre historique

Nous partons vers la gare routière pour prendre nos tickets pour le bus du lendemain matin, elle se trouve à l’opposée du centre historique que nous souhaitons visiter ensuite. Nous avons lu sur internet que les bus de nuit se font parfois attaqués et dévalisés, nous prendrons donc un bus de jour, on est jamais trop prudent. Nous nous mêlons aux habitants dans les transports en commun et commençons à y prendre goût. Nos billets en poche, nous reprenons le bus pour le parc botanique, malheureusement, il est fermé. Nous observons les bus qui desservent cette station.Belem7Belem6

Nous prenons ensuite un bus pour le marché Ver-o-peso, l’une des grandes attractions de la ville. Nous en profitons pour visiter le centre historique qui se trouve tout près.Belem18 Belem17 Par chance notre pousada est à deux pas, nous pourrons rentrer à pied. Nous découvrons le fort de Présépio construit au début du XVIIe s. marquant la fondation de la ville de Belem et qui a conservé les canons de l’époque. Belem12 Belem13 Belem14 Belem15 Belem16Nous entrons dans une magnifique église pouvant être visitée en dehors des heures de messes, puis dans un ancien hôpital militaire appelé les onze fenêtres, réaménagé en un parc charmant et investit par un restaurant huppé.Belem10 Belem8 Belem9 La nuit commence à tomber, nous rentrons nous préparer pour le départ du lendemain.

 

Une réflexion au sujet de « Boa Vista, Manaus et Belem »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *