La pampa de Rurrenabaque et les mines de Potosi

Le 20 Juillet, en route pour le soleil

Rurrenabaque est à 20h de bus de La Paz. Le climat y est doux et ensoleillé, l’idéal pour une visite dans la pampa ou dans la jungle. Nous nous rendons à l’aéroport en mini bus, le transfert ne coûte que 3,80 Bs par pers. contrairement aux 50 Bs demandés par les taxis. VERSRURRENABAQUENous arrivons un peu en avance, juste le temps de prendre un petit déjeuner au Subway (que je vous déconseille au passage). Ne vous méprenez pas, l’accès au wifi est disponible dans tout l’aéroport et pas seulement au Subway. Il y a aussi des distributeurs où vous pourrez retirer des Dollars, très utile si vous prévoyez d’aller en Argentine par la suite. Nous embarquons dans un coucou de 12 personnes. Nous pouvons même observer les faits et gestes du pilote. Ce voyage est la meilleure raison d’investir dans un billet d’avion (581 Bs pp avec Amaszonas) sans compter que le trajet en bus est particulièrement dangereux.

VERSRURRENABAQUE1 VERSRURRENABAQUE2 VERSRURRENABAQUE3Nous atterrissons sur une piste de terre après une manœuvre un peu casse-coup. VERSRURRENABAQUE4 VERSRURRENABAQUE5Nous grimpons dans la navette qui nous mène au centre ville (10 Bs par pers). VERSRURRENABAQUE6Nous faisons un tour des différentes agences et rencontrons Miguel (rencontré plus tôt à La Paz avec Paola). Il nous conseille différentes agences selon ce que nous souhaitons voir et faire ainsi que différents hôtels. Nous visitons les différents établissements qu’il nous a conseillé et décidons de rester à la charmante auberge Residencial Jislene au bord du Rio Beni (80 Bs pour une chambre dbl avec sdb privée). La maison est tenue par une adorable petite famille qui a de nombreux animaux et des arbres fruitiers très généreux. RURRENABAQUE5 RURRENABAQUE4Leur livre d’or ne parle que de l’incroyable petit déjeuner et tout particulièrement des crêpes. Le père nous explique qu’il a pour habitude d’organiser des tours avec l’agence Fluvial Tours, cité par le Lonely Planet comme étant l’une des plus respectueuses de la nature. Nous organisons avec lui 3 jours dans la pampa pour 500 Bs (dernière nuit à l’hôtel incluse). Nous profitons de l’espace de détente et découvrons le carambolier, le pamplemoussier et les bananiers du jardin. 

RURRENABAQUE7RURRENABAQUE3

Nous faisons la rencontre du perroquet et des poules, il y a aussi plusieurs chiens et un lapin albinos, une véritable petite ménagerie. 

RURRENABAQUE6RURRENABAQUERURRENABAQUE1RURRENABAQUE2

A la recherche d’un restaurant, nous trouvons un mexicain qui propose tous ses plats en version végétarienne: buritos, enchiladas, quesadillas,… Nous nous régalons de ses petits plats servis avec du ris et des haricots rouges (20 Bs par assiette). Nous rentrons préparer de plus petits sacs pour les quelques jours à venir avant de nous coucher.

Le 21 Juillet, découverte de la pampa

Le 4×4 vient nous chercher à 9h, 7 personnes sont déjà à l’intérieur: Romain & Sophie (les français), Richard (l’anglais), Tobby (l’allemand), Ana (du Danemark) et Sindra et sa Jorinde. RURRENABAQUEPAMPANous nous racontons nos histoires et nos parcours pendant les trois heures qui nous sépare de l’entrée du Parc National (150 Bs en plus du prix du tour). Nous faisons une pause toilette au milieu de nulle part avant d’atteindre notre barque. 

RURRENABAQUEPAMPA1RURRENABAQUEPAMPA2RURRENABAQUEPAMPA3

Nous chargeons les commissions dans le bateau et nous voici partis pour trois nouvelles heures de découverte de la pampa.

RURRENABAQUEPAMPA5

Nous rencontrons notre guide: Yasmani. RURRENABAQUEPAMPA7Le premier Caïman ne se fait pas attendre et nous en verra toujours plus par la suite.RURRENABAQUEPAMPA4 Il fait beau, la balade est très agréable. Nous voyons aussi des tortues, les mêmes qu’au Vénézuela mais celles ci ne bougent pas. RURRENABAQUEPAMPA13Il y a aussi les mêmes oiseaux préhistorique que l’on appelle ici « oiseau du paradis ». RURRENABAQUEPAMPA8Nous voyons aussi des hérons, des kaipibaras (sorte d’hybride entre le cochon et le rat) et des caïmans et des alligators. RURRENABAQUEPAMPA12 RURRENABAQUEPAMPA11 RURRENABAQUEPAMPA10 RURRENABAQUEPAMPA9 RURRENABAQUEPAMPA14 RURRENABAQUEPAMPA16 RURRENABAQUEPAMPA15 RURRENABAQUEPAMPA17 RURRENABAQUEPAMPA18Nous avons la chance de surprendre un autre groupe avec une famille de petits singes jaunes vraiment pas farouche. Pendant que Lou fait ami-ami, l’un d’entre eux fouille nos sacs à la recherche de nourriture. RURRENABAQUEPAMPA19 RURRENABAQUEPAMPA20 RURRENABAQUEPAMPA22 RURRENABAQUEPAMPA21Nous observons une cigogne dans son nid puis arrivons au camp où nous découvrons Pépé, l’alligator du camps, vieux de 13 ans.RURRENABAQUEPAMPA23 RURRENABAQUEPAMPA24

Après s’être installés, nous nous rendons dans le camps voisin afin d’observer le coucher de soleil. RURRENABAQUEPAMPA25Nous y rencontrons le couple allemand rencontré à Samaïpata un peu plus tôt. 

RURRENABAQUEPAMPA26

Nous rentrons au camps pour dîner avant une sortie nocturne pour observer les yeux des caïmans à la lumière de la torche. La nuit est pluvieuse, difficile pour nous de dormir proprement car il fait assez froid.

Le 22 Juillet, désillusion

Au réveil, la pluie est toujours là et il fait particulièrement froid! Pour changer, on nous annonce que ce temps n’a rien de normal en cette période. Évidemment, aucune activité n’est annulée, nous voici donc partis pour trouver des anacondas, en sachant qu’ils ne sortent jamais par ce temps. Nous enfilons malgré tout nos bottes en caoutchouc et nous armons de patience pour trois heures de marches dans la boue…RURREPAMPAJ2 RURREPAMPAJ23

Nous ne trouverons qu’un oisillon tombé du nid et des œufs d’anaconda (selon les dires d’un autre guide). RURREPAMPAJ21 RURREPAMPAJ22Sur le chemin du retour, nous croiserons le chemin d’un paresseux qui s’est si habilement fondu dans le décor qu’il est difficile de le distinguer de la couleur de l’arbre. RURREPAMPAJ24 RURREPAMPAJ25Ces animaux ne sont pas aussi lents qu’on le prétend… Nous rentrons déjeuner puis essayons de profiter des 2h de sieste prévues dans notre programmes avant d’aller pêcher le piranhas. Nous rions beaucoup car nous n’attrapons rien. Lou en attrape deux, dont un si petit que nous le remettons à l’eau.RURREPAMPAJ26 RURREPAMPAJ27

Le moral des troupes est au beau fixe, nous dînons avec nos couvertures sur les genoux mais profitons tout de même de l’instant.RURREPAMPAJ28 RURREPAMPAJ29

Le 23 Juillet, dernier jour…

Après une matinée dans le froid à observer les dauphins d’eau douce, que nous avons pas pris en photo à cause de la pluie, nous sommes rentrés vers Rurrenabaque. Après s’être tous installés dans nos hôtels respectifs nous nous sommes retrouvés pour un dernier diner dans notre mexicain. Richard nous annonce le pire pour les vols qui sont décalés pour cause de mauvais temps.RURREDERNIERESOIREE1 RURREDERNIERESOIREE

 Le 24 Juillet, retour vers La Paz

Nous nous rendons à l’aéroport à l’heure prévue en espérant avoir un vol pour La Paz. En arrivant, nous retrouvons Tobby, Sindra et Jorinde. Fort heureusement Amoszonas a prévu un avion plus grand pour rattraper le retard sur les vols de la journée, nous avons même droit à deux hôtesse et un snack!RURRELAPAZ1 RURRELAPAZ2 RURRELAPAZ3

Arrivés à La Paz, nous profitons de l’internet de l’aéroport avant de nous rendre au terminal de bus. Les lignes pour Potosi ne partent que de nuit, une bonne raison pour faire une sieste en attendant une nouvelle nuit danas des sièges peu confortables…RURRELAPAZ4 RURRELAPAZ6 RURRELAPAZ5

 

Le 24 Juillet, en direct des mines

Arrivés de trop bonne heure à Potosi, nous voilà cherchant une façon d’organiser notre voyage à Uyuni pour la suite. Nous apprenons que nous sommes dans le nouveau terminal et que les bus pour Uyuni partent depuis l’ancien terminal.RURRELAPAZ7

Nous voilà avec Amigos de Bolivia, casque sur la tête nous sommes prêts pour l’aventure dans les mines. POTOSI POTOSI1 POTOSI2 POTOSI3 POTOSI4

L’expérience de la mine est certainement la pire idée que l’on aie eu jusque là. Rencontrer des hommes à la mine alors que nous sommes simples touristes. Une expérience difficile mais instructive.POTOSI5 POTOSI6 POTOSI7 POTOSI8 POTOSI9 POTOSI10 POTOSI11 POTOSI12L’air est irrespirable et nous comprenons les terribles histoires de cette mine et de la vie en générale.

3 réflexions au sujet de « La pampa de Rurrenabaque et les mines de Potosi »

  1. Coucou, que d’aventures vous vivez là! Je viens de lire l’ensemble du récit. Vous nous faites voyager et je vous en remercie infiniment. Merci pour tous ces conseils et astuces, qui sait quand je serai grabataire cela pourra servir !!
    Jennifer continue, j’ai vraiment beaucoup de plaisir à lire ta prose et voir de si belles photos. Lounes tu fais des treks mais je crois que cela ne te fait pas maigrir pour autant. Merci encore pour l’aventure que vous vivez et que vous nous faites vivre à nous aussi. Mille bisous. Nora.

  2. mais non tata,contrairement a ce que l’on peux voir je n’ai pas grossi,c’est ma nouvelle coupe qui fait sa….!!! 🙂

  3. Pas de nouvelles pendant un bon moment, mais alors vous vous êtes rattrapés après, c’est merveilleux et à la fois déconcertant. Au fait loulou le petit lama te ressemblait étrangement il avait la même coupe que toi.
    Continuez à nous emerveiller bisous à vous deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *