Traversée de Belize

Le 21 Novembre, de Cancun à Chetumal

Nous passons près de 6h. dans le bus qui nous mène à Chetumal, ville frontière mexicaine située aux portes de Bélize (ADO entre MXP 352 et 424 pp selon la classe choisie). Nous arrivons vers 22h et contrairement à ce que l’on pensait, il n’existe pas de bus de nuit allant jusque Flores au Guatemala. PB212730Il nous faudra attendre demain matin 8h. pour voyager avec la compagnie San Juan Express bus qui assure une liaison quotidienne. Il est quasi impossible de trouver un site renseignant les horaires de départ et vous ne trouverez à Chetumal qu’un bureau mobile avec ou sans agent. Renseignez vous auprès du guichet ADO qui vous aidera à les contacter.

Il n’y a rien d’autre qu’un Pizza Domino aux alentours et deux hostels trop chers pour les services proposés. L’hôtel situé à proximité profite de cette situation particulièrement excentrée pour faire envoler ses prix. Puisqu’il ne s’agit que d’une courte nuit avant une journée de bus, nous optons pour la solution la plus économique, à savoir la moins confortable. Nous rencontrons le chauffeur de notre navette, il est particulièrement éméché, tant et si bien que je me demande comment il a pouvoir assurer le voyage du lendemain.Carte_BELIZE

 

Le 22 Novembre, dernier réveil mexicain

Présentation succincte de notre chambre où nous avons passé une partir de la nuit à nous battre contre les moustiques. La cour de l’hôtel est tout aussi poétique réveillée par les lueurs timides de l’aube.PB222731 PB222732

Ce dernier soleil mexicain nous chante une triste mélodie, comme celle dédiée à un amour perdu. C’est avec une très grande peine que nous quittons ce pays incroyable, riche de son peuple et de son histoire.PB222733

Notre chauffeur est bien là, avec un petit quart d’heure de retard mais, sans savoir comment, il tient bien sur ses deux jambes. En mois de vingt minutes, nous descendons du van pour passer le poste d’immigration où les autres passagers se plaignent d’avoir à payer la taxe de sortie et demandent un reçu à l’agent.PB222734 PB222735

Nous remontons en voiture pour signaler notre entrée à Bélize et je découvre que les agents parlent anglais. Nous nous acquittons de la taxe d’entrée (BZ 20, équivaut à USD 10) avec l’aide de nos co-voyageurs puisque le chauffeur ne nous a pas précisé que l’on ne pouvait pas payer en carte. Si vous arrivez en avion, prenez le temps de demander si la txe de sortie est incluse dans le prix de votre visa. Il me faudra un moment d’adaptation pour cesser de parler espagnol et comprendre que nous sommes dans une ex colonie britannique, aujourd’hui membre du Commonwealth.

Les décors que nous découvrons ressemblent étrangement aux îles caribéennes, entre la Dominique et Saint Vincent. Si la nature l’avait voulu, Bélize aurait pu faire partie de l’archipel. Nous bordons la mer et ses cocotiers, le paysage est très différent, presque triste.

PB222742 PB222744 PB222743PB222750PB222749

La vie semble être rude avec les habitants. Sous un soleil de plomb, le chauffeur nous explique les gros problèmes de drogue qui sévissent dans tout le pays. Le pays est en désolation, tout ici résonne la pauvreté et la résignation. Dans leur regard aussi, le peuple semble avoir perdu la foi. PB222752 PB222769 PB222759 PB222758 PB222756Deux heure et demi de route à travers champs et villages, nous voici au terminal de Guatemala city où la pluie sonne comme l’apocalypse. Le beau ciel bleu du matin s’est chargé en nuage gris et ne semble pas vouloir s’en séparer.

PB222771

 

PB222772 En sortant de la capitale, nous traversons les villages avoisinant et admirons les maisons et cabanes colorées situées au bord de la route. La vie ici semble se battre contre la morosité d’un destin trop rude à grand coup de peinture et de carnaval. Le chauffeur s’aventure sur un pont en bois dont la solidité n’a rien de rassurant. PB222774 PB222781 PB222779 PB222775PB222784

Nous poursuivons notre traversée du pays sous un ciel menaçant qui accentue ce sentiment de tristesse éprouvé depuis notre entée dans le pays. La communauté chinoise est très présente et semble avoir main mise sur la majorité des commerces alimentaires.PB222783 PB222796 PB222795 PB222792 PB222788

Nous atteignons la frontière guatémaltèque à 15h30, nous avons traversé Bélize en 6h.

PB222798

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *